Norval Morrisseau

MORRISSEAU, L’ARTISTE

Norval Morrisseau est né en 1931 dans la réserve de Sand Point près de Beardmore (auj. Thunder Bay), en Ontario. L’aîné de cinq garçons, il est élevé par ses grands-parents selon la tradition ojibwée. Son grand-père maternel, Moses Nanakonagos, est un conteur exceptionnel et un chaman reconnu par ses pairs. Son grand-père, qui est membre de la société religieuse midewiwin, lui enseigne la cosmologie anishnabée, tandis que sa grand-mère l’initie au catholicisme. Fidèle aux enseignements anishinabés, Morrisseau devient chaman.

Initié à l’histoire et aux rites des Ojibwés, Morrisseau (surnommé Oiseau-Tonnerre de cuivre) commence à mettre en image les légendes de son peuple à un très jeune âge. Adulte, il trouve un emploi dans une mine et continue de pratiquer son art. Éloigné des grands centres urbains, il se consacre à son art à partir des années 1960 et fonde l’école de Woodland. Son style distinctif inspiré des pictogrammes a influencé de nombreux artistes autochtones, y compris Daphne Odjig, Carl Ray, Blake Debassige et Saul Williams.

En 1962, les peintures saturées de couleurs attirent l’attention du galeriste torontois Jack Pollack, qui lui consacre une exposition qui connaît un franc succès.

MORRISSEAU ET LES PEINTRES DE L’ÉCOLE DE WOODLAND

Morrisseau peint La femme et la fille de l’artiste alors qu’il loge dans un motel près du McMichael. Il vend la peinture et un autoportrait à Robert et Signe McMichael, dont il vient de faire la connaissance.

Dès le départ, le couple se passionne pour le style novateur de Morrisseau et continue d’enrichir leur collection de ses œuvres. En effet, l’artiste est représenté par soixante-quatre peintures dans la collection du McMichael.

Les McMichael sont également de fervents collectionneurs d’œuvres d’artistes qui travaillent dans le style Woodland ou « art des légendes » développé par Morrisseau. Le nombre croissant de peintures dans leur collection et le désir d’exposer en permanence les œuvres des artistes de l’école de Woodland les incitent à agrandir leur demeure. Ils convertissent ce qui est alors la piscine intérieure (auj. le théâtre du McMichael) en une salle consacrée aux artistes autochtones. L’inauguration officielle de la salle a lieu en 1975.

Le McMichael continue de collectionner et de présenter des œuvres d’artistes qui ont été influencés par la peinture et les représentations de légendes anishinabées de Norval Morrisseau.